Crevettes

Nom :

Crevettes pénéides (crevette bleue et crevette Kuruma eibei) (carte n°1)

Nom scientifique :

 Litopenaeus stylirostris  

 Marsupenaeus japonicus  

Litopenaeus stylirostris 

Marsupenaeus japonicus 

Taille et origine :

Originaire de la côte pacifique de l'Amérique centrale et du sud - Taille maximale 23 cm

Indopacifique- Méditerranée - Taille maximale 22 cm

Ce sont les deux espèces élevées en France (métropolitaine et Outre-mer)

Plusieurs autres espèces font l'objet d'un développement important dont Penaeus chinensis, Litopenaeus vannamei et Penaeus monodon (carte n°2) .

Historique : des pionniers à nos jours …

Initié en Nouvelle Calédonie par le professeur Doumenge en 1970, l'élevage de la crevette n'a réellement démarré qu'au début des années 80. L. stylirostris a remplacé les espèces locales en Nouvelle Calédonie en 1981. Les premiers élevages de M. japonicus ont été réalisés dans d'anciennes salines de l'île de Noirmoutier dès 1985.

Les premières tentatives d'élevage larvaire de crevette pénéide ont été menées au Japon en 1939, aux Etats Unis dès la fin des années 1960 et à Tahiti, au centre Océanologique du Pacifique dès 1973. Les 2 espèces ont été importées de leurs zones d'origine. Dès 1974, elles ont été reproduites en captivité dans les laboratoires de l'Ifremer.

Modes d'élevage et cycle de production

Les géniteurs sont principalement élevés dans des bassins en terre (les M. japonicus passent l'hiver dans des bacs réchauffés) puis transférés en salle de maturation où la ponte est induite. L. stylirostris est inséminée artificiellement (voir photo) alors que M. japonicus se reproduit naturellement.

Les larves sont nourries de proies vivantes et de microparticules.

Les écloseries de production fournissent les post larves aux fermes de grossissement.

L'élevage se fait en bassins de terre à des densités de 5 à 35 crevettes par m2 (voir photo). L'élevage dure de 5 à 8 mois. Les crevettes sont nourries avec des aliments composés fabriqués à partir de matières premières telles que la farine de poisson, de maïs et de blé (+ sels minéraux et vitamines).

Évolution de la production

La production de M. japonicus en France et de L. stylirostris en Polynésie reste limitée (25 et 50 tonnes en 2002). Alors qu'en Nouvelle Calédonie elle atteint 1 830 tonnes en 2002.

 

La création de nouvelles fermes en Nouvelle Calédonie permettra de doubler la production actuelle (voir tableau).

Valorisation du produit

Les crevettes sont vendues fraîches sur les marchés locaux. La Nouvelle Calédonie exporte 1380 tonnes de crevettes congelées.

Les crevettes en chiffres

1 830

le tonnage de crevettes produit en Nouvelle Calédonie en 2002

1 380

le tonnage de crevettes congelées exporté par la Nouvelle Calédonie

900

le nombre d'emplois créés par les élevages de crevettes en Nouvelle Calédonie. Cette activité participe au rééquilibrage entre les zones rurales et la capitale, Nouméa

25

la production (en tonne) de crevettes en France métropolitaine

50

la production (en tonne) de crevettes en Polynésie

23

le chiffre d'affaire en millions d'Euros pour cette filière en 2002, dont 17 à l'exportation

11 à 132

la taille des exploitations en hectares selon que ce sont des exploitations familiales (quelques hectares répartis en plusieurs petits bassins) ou bien des sociétés avec un investisseur principal (plusieurs dizaines d'hectares avec des bassins de plus grande taille)

Points forts / points faibles

Points forts

Points faibles

  • en Nouvelle Calédonie, absence de maladies virales affectant les autres pays producteurs
  • techniques d'élevage semi-intensives
  • respect de l'environnement
  • traçabilité et surveillance sanitaire stricte
  • cycle de production contrôlé à toutes les étapes
  • épisodes bactériens enregistrés parfois dans les bassins, associés à des mortalités saisonnières
  • concurrence avec d'autres activités littorales (France, Polynésie)
  • coûts de production élevés
  • concurrence mondiale